En vue des Européennes 2014

Voilà, j’ai adressé ma lettre de candidature à Harlem Désir pour les élections européennes de mai 2014. Nous avions jusqu’à vendredi minuit pour le faire, comme cela était précisé dans la Circulaire interne n° 1388. Mon courrier est bien arrivé à temps.  (Mais tout ça, la NSA le savait déjà…) ;o)

drapeau-europeen

Les sièges à pourvoir seront répartis entre les circonscriptions inter-régionales suivantes :

  • Nord-Ouest (Basse-Normandie, Haute-Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Picardie) ;
  • Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes) ;
  • Est (Alsace, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Lorraine) ;
  • Massif central-Centre (Auvergne, Centre, Limousin) ;
  • Sud-Ouest (Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées) ;
  • Sud-Est (Corse, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes) ;
  • Île-de-France ;
  • Outre-Mer.

Continuer la lecture de « En vue des Européennes 2014 »

18 septembre 1981 – Abolition de la peine de mort

C’était il y a trente-deux ans : l’abolition de la peine de mort en France.

 » Monsieur le président, mesdames, messieurs les députés, j’ai l’honneur, au nom du Gouvernement de la République, de demander à l’Assemblée nationale l’abolition de la peine de mort en France.

En cet instant, dont chacun d’entre vous mesure la portée qu’il revêt pour notre justice et pour nous, je veux d’abord remercier la commission des lois parce qu’elle a compris l’esprit du projet qui lui était présenté et, plus particulièrement, son rapporteur, M. Raymond Forni, non seulement parce qu’il est un homme de coeur et de talent, mais parce qu’il a lutté dans les années écoulées pour l’abolition.

Au-delà de sa personne et, comme lui, je tiens à remercier tous ceux, quelle que soit leur appartenance politique qui, au cours des années passées, notamment au sein des commissions des lois précédentes, ont également oeuvré pour que l’abolition soit décidée, avant même que n’intervienne le changement politique majeur que nous connaissons. Cette communion d’esprit, cette communauté de pensée à travers les clivages politiques montrent bien que le débat qui est ouvert aujourd’hui devant vous est d’abord un débat de conscience et le choix auquel chacun d’entre vous procèdera l’engagera personnellement.

Raymond Forni a eu raison de souligner qu’une longue marche s’achève aujourd’hui. Près de deux siècles se sont écoulés depuis que dans la première assemblée parlementaire qu’ait connue la France, Le Pelletier de Saint-Fargeau demandait l’abolition de la peine capitale. C’était en 1791. » (…)

Robert Badinter, garde des Sceaux, Assemblée nationale, première séance du 17 septembre 1981. (Source Assemblée Nationale)

« Extraits de la déclaration de Robert BADINTER, ministre de la Justice et garde des Sceaux, à l’Assemblée nationale, demandant l’abolition de la peine de mort. Il montre comment cette loi va dans le sens de l’histoire de France et explique pourquoi la peine de mort n’a aucune valeur dissuasive. »

« L’Assemblée nationale a adopté »…

Congrès de Toulouse

Après voir suivi la plupart des discours du Congrès de Toulouse, je dois dire que nous avons vu défiler certains excellents orateurs. J’en retiendrais trois. Le premier, pour son extraordinaire célébration de l’Ecole Républicaine, est celui de Carole DELGA, députée de Haute-Garonne. Le deuxième, pour l’inénarrable Gérard FILOCHE et son éloquence. Grandiose. Enfin, le discours de clôture magnifique du nouveau Premier Secrétaire, j’ai nommé Harlem DESIR.

La boucle est bouclée…

Tout a commencé il y a fort fort longtemps, en début d’année 2011… A une époque où l’on travaillait dans les sections au futur projet présidentiel du/des candidat-e-(s) et l’on a voté (le 19 mai 2011). Je m’en souviens comme si c’était hier. Puis ce furent les primaires (9 et 16 octobre 2012). Magistralement organisées dans tout le pays. Magnifique moment ! Ensuite, le candidat Hollande a pris son envol. Il sortira premier après le premier tour des présidentielles. Le débat d’entre deux tours. D’anthologie ! Puis ce deuxième tour et cette victoire inespérée. Bonheur suprême ! Une campagne pour les législatives plus tard, et voici un hémicycle plus rose encore qu’après mai 1981…

Le résultat est là. Et quel résultat !… La campagne, les campagnes, intenses, inoubliables, sont finies. Pour au moins deux ans.

Mais quelle aventure, les amis !…

Libération