Choix d’Iran…

Il s’en passe, des choses, en Iran…

Nous avions déjà évoqué les élections qui se sont déroulées dans ce pays récemment. Nous nous étions rendu compte que la notion de « modéré » était pour le moins relative aussi (une belle illustration : le dessin de Plantu un peu plus bas). Mais comment pouvions nous espérer des miracles alors que le système politique iranien est tel que le Guide suprême Ali Khamenei (élu pour huit ans, lui) détient des pouvoirs exorbitants ! En bref, c’est lui qui nomme la moitié des membres du Conseil des gardiens. Lui encore qui nomme ou révoque les cinquante-et-un membres du Conseil de discernement (qui décide la politique générale). Le Conseil des gardiens a quant à lui le pouvoir d’approuver ou de s’opposer aux lois du Parlement. Ce Parlement (Majlis) peut approuver ou refuser des ministres du gouvernement nommés par le Président Rohani.

Bref, le poids des religieux dans le système politique de la République islamique d’Iran est pour le moins énorme.

Or deux faits récents sont passés quasi-inaperçus.

D’abord, jeudi dernier, le Parlement – dans son vote de confiance des dix-huit ministres du gouvernement (ce vote se fait ministre par ministre et non globalement), a refusé trois nominations (principalement pour leur proximité avec le mouvement réformateur de 2009) : celles de Mohammad Ali Najafi (Education nationale), de Jafar Mili-Monfared (Science, Recherche et Technologie) et Massoud Soltani-Far (Sport et Jeunesse).

Par ailleurs, une élue suppléante du conseil municipal de la ville de Qazvin (ouest de Téhéran), Nina Siahkali Moradi, 27 ans, a vu son mandat invalidé car… cette municipalité « n’a nullement besoin d’un mannequin ». Oui, vous avez bien lu : la trop grande beauté de Nina Siahkali Moradi lui a été fatale… Ingénieur de formation et candidate de la jeunesse, elle avait pourtant rassemblé près de 100.000 suffrages et était arrivée 14ème sur 163 candidats !

Et vous souvenez-vous de cette histoire de « maillot » que nous évoquions début juillet qui traitait d’un « record de la natation non validé pour une tenue « pas assez conforme à la charia » ?… lham Asghari, l’Iranienne de 32 ans en question, avait nagé, le 11 juin dernier, pendant huit heures.

A l’instar du grand Philippe Meyer, célèbre mammifère omnivore, disons que nous vivons vraiment une époque moderne…

• L’article sur le site http://www.huffingtonpost.co.uk

Elections en Iran : suite

Voilà. Les dés sont jetés.

Hassan Rohani, 64 ans, a été élu samedi président de l’Iran dès le premier tour avec 18,6 millions de voix (50,68%). [Article Libération]

Pour l’avenir, on s’attend à ne pas assister tout de suite à une révolution : Rohani, pourtant « modéré », était le seul mollah (religieux) des six candidats. Et par-dessus tout, ces six candidats avaient été « autorisés » par le Conseil des Gardiens – dont la moitié des membres sont nommés directement par le Guide suprême, en l’occurrence ici Ali Khamenei.

Une infographie très complète visible ici nous apprend que le président, élu par le peuple pour quatre ans, nomme les 21 ministres du gouvernement ; nominations qui peuvent être approuvées ou refusées par les 290 membres du Parlement (appelé Majlis) élus par le peuple pour quatre ans également. Le Parlement vote des lois.

Le peule élit pour huit ans les 86 religieux de l’Assemblée des Experts qui élit / révoque le Guide suprême…

Continuer la lecture de « Elections en Iran : suite »