Entre ici, Jean Moulin…

Jean Moulin


« Comme Leclerc entra aux Invalides, avec son cortège d’exaltation dans le soleil d’Afrique, entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège ». 


Vendredi 21 juin 2013. Il y a 70 ans eut lieu l’arrestation de Jean Moulin, après qu’il fut trahi, à Caluire, près de Lyon.

Jean Moulin et les responsables de la Résistance arrêtés avec lui furent transférés à la prison de Montluc où ils furent torturés, par Klaus Barbie et les hommes de la Gestapo. C’est là que furent détenus les enfants d’Izieu et plus de 8000 victimes des persécutions nazies, dont beaucoup sont morts en déportation. [Voir sur la Page Facebook de Matignon, l’hommage prononcé par le Premier ministre aujourd’hui].

Jean Moulin 1939Jean Moulin mourut en gare de Metz sans livrer le moindre secret, dans le train qui le conduit en Allemagne. [Voir sur le site du Centre d’Histoire, de la Résistance et de la Déportation].

Son entrée au Panthéon en 1964 immortalise à jamais dans la mémoire collective le symbole intemporel de la Résistance, dont il a su transmettre des traits exemplaires.

Continuer la lecture de « Entre ici, Jean Moulin… »

Ode à la Joie, Hymne de l’Europe

L’Ode à la Joie, écrite par Schiller et mise en musique par Beethoven, cette oeuvre devenue l’Hymne européen.

9ème Symphonie en Ré Mineur, Op. 125 « Choral » : Presto – « O Freunde, nicht diese Töne ! » – Allegro assai

Artistes : Gwyneth Jones, Hanna Schwarz, Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor, Kurt Moll, Leonard Bernstein, Norbert Balatsch, René Kollo & Wiener Philharmoniker

Direction : Leonard Bernstein

Cinquante ans…

50ans

Heute werden in Berlin die Feierlichkeiten zum 50. Jahrestag des Elysée Vertrages und seiner Errungenschaften begangen.

Aujourd’hui, click nous sommes ensemble à Berlin pour célébrer les 50 ans du Traité de l’Elysée et ses acquis.

50. Jahrestag des Elysée-Vertrags

22. Januar 1963 – 22. Januar 2013: Heute feiern wir den 50. Jahrestag des Elysée-Vertrags.

22 janvier 1963 – 22 janvier 2013 : Aujourd’hui célébrons le Cinquantenaire du Traité de l’Elysée.

Die Briefmarke wurde von der elsässische Künstler Tomi Ungerer erstellt.
             Le timbre de commémoration créé par l’artiste alsacien Tomi Ungerer.

Dieser 22. Januar 1963 wurde die gemeinsame Erklärung der Präsidenten der Französisch Republik und der Bundeskanzler der Bundesrepublik Deutschland statt. Die Zusammenarbeit zwischen den beiden Ländern wurde geplant.

Ce 22 janvier 1963 eut lieu la déclaration commune du Président de la République française et du Chancelier de la République Fédérale d’Allemagne. La coopération entre les deux pays prenait son envol.

Sur le site de la Fondation Entente Franco-Allemande figurent ces mots :

« Die deutsch-französische Zusammenarbeit ist zunächst ein mutiger, weltweit beispielloser Schritt,der eine friedvolle wirtschaftliche und menschliche Kooperation ermöglicht hat. »

« La coopération franco-allemande est d’abord un acte courageux historique sans exemple dans le monde, qui a conduit à la paix et à la coopération humaine et économique. »

Eine emblematische Vertreter der deutsch-französischen Beziehungen: Barbara. In seiner Kindheit hatte Barbara sich zu verstecken in Vernichtungslager zu entkommen. Sie wurde im Juli 1964 in Deutschland eingeladen, in ein Theater der Universitätsstadt Göttingen. Barbara ging, wenig begeistert. Und bevor der Empfang gebucht wurde, der Künstler seinen Aufenthalt verlängert und schrieb ein Genuss dieses schöne Lied. Im Jahr 1967 schrieb sie in der deutschen Version von diesem Song.

Une représentante emblématique de ce lien franco-allemand : Barbara. Celle qui dut se cacher dans son enfance afin d’échapper à l’extermination, fut invitée en juillet 1964 en Allemagne, dans un théâtre de la ville universitaire de Göttingen. Barbara, peu enchantée, s’y rendit. Et devant l’accueil qui fut réservé, l’artiste prolongea son séjour et écrivit sur place d’une traite cette magnifique chanson. En 1967, elle en écrivit la version allemande.

 

Sehr geehrte deutsche Besucher meines Blogs,
ich gebe Ihnen meinen aufrichtigsten Freundschaft !

 

 

Compléments :

Le Portail de la coopération franco-allemande

La Fondation Entente Franco-Allemande

Le déplacement du Président de la République pour le cinquantième anniversaire du Traité de l’Elysée

Les paroles de la chanson de Barbara Göttingen (version bilingue)

 

Le Président et la Chancelière

Depuis hier, la chaîne franco-allemande ARTE célèbre le cinquantenaire du Traité de l’Elysée, à grand renfort de reportages, fictions, directs, plus passionnants les uns que les autres.

L’un de ces moments a été diffusé en fin d’après-midi, aujourd’hui. Il s’intitulait :

LE PRÉSIDENT ET LA CHANCELIÈRE FACE AUX JEUNES

Arte_Emission

Voilà l’émission telle qu’elle est présentée sur le site d’ARTE :

A Berlin, ils rencontrent deux cents jeunes venus de France et d’Allemagne pour s’entretenir avec eux des sujets qui mobilisent la jeunesse européenne. Intitulé « Le président et la chancelière face aux jeunes », cet événement est diffusé sur l’antenne d’ARTE et simultanément sur notre site Internet. Les débats, en direct de la Chancellerie, sont animés par les présentatrices d’ARTE Journal, Marie Labory et Nazan Gökdemir. Angela Merkel et François Hollande vont notamment évoquer avec les participants la situation actuelle des jeunes et les perspectives qui s’offrent à eux en Europe, la manière dont les Allemands et les Français se perçoivent et se comprennent mutuellement, l’avenir de l’Europe et le rôle de la culture dans la construction européenne… Cette manifestation est organisée en coopération avec l’Office franco-allemand pour la jeunesse.

Le débat fut réellement passionnant. Pour le revoir, vous avez sept jours et c’est à cette adresse que ça se passe :

http://videos.arte.tv/en/videos/le-president-et-la-chanceliere-face-aux-jeunes–7263932.html

(France, 2013, 90 mn)

ARTE

ARTE

Un autre 14 juillet

C’était il y a déjà trente-trois ans, à l’autre bout du monde. En Nouvelle-Zélande, sur le terrain devenu mythique de l’Eden Park, à Auckland, devant 55 000 spectateurs. L’arbitre était John West (IRL)

Nouvelle Zélande : 2 essais de Stu Wilson (24e) et Mourie (80e) ; 3 pénalités (19e, 41e, 62e) et 1 transformation (80e) de Bevan Wilson.

France : 4 essais de Gallion (38e), Caussade (40e), Averous (42e), Codroniou (59e) ; 1 pénalité (10e) d’Aguirre ; 1 drop de Caussade (57e), 1 transformation de Caussade (59e)

Le XV de France, ce 14 juillet 1979 :

Aguirre (Bagnères),
Costes (Montferrand),
Mesny (Grenoble),
Codorniou (Narbonne),
Averous (la Voulte) (o)
Caussade (Lourdes) (m)
Gallion (Toulon),
Joinel (Brive),
Salas (Narbonne),
Rives (Cap, Toulouse),
Maleig (Oloron),
Haget (Biarritz),
Dubroca (Agen),
Dintrans (Tarbes),
Paparemborde (Pau).

Entraîneur : Jean « Toto » Desclaux

Nous vous laissons apprécier ces presque dix minutes de bonheur, avec – cerise sur le gâteau – les commentaires du regretté Roger Couderc et de l’excellent Pierre Albaladejo.

Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu

En fin de sa rubrique publiée dans le Nouvel Observateur de cette semaine, Delfeil De Ton mentionnait ces quelques lignes :

« L’ancien déporté Sam Braun vient de mourir. A la sortie de son livre « Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu », je lui rendais hommage avec les gestes (Dailymotion, taper Delfei Sam Braun).
C’était un homme »Continuer la lecture de « Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu »