Baad el Mawkeaa

Tel est le titre original du superbe film réalisé par Yousry Nasrallah : « Après la Bataille ».

Diffusé hier soir par le cinéma Lumière de La Ciotat, dans le cadre de Marseille Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture, quel fabuleux voyage…

ApreslaBataille
Extrait du programme du Cinéma Lumière.

Distribué par MK2, il est dommage que ce film ne soit diffusé qu’une seule fois.

Un fabuleux voyage, oui. Où l’action s’entremêle aux scènes réelles de troubles sur la désormais célèbre Place Tahrir, au Caire. Et les personnages. Ah ! Les personnages !

Mena Shalaby, dans le rôle de Reem, magnifique, éclatante femme moderne, qui croisera l’existence de Mahmoud, interprété par le formidable , émouvant, inquiétant cavalier, et de son épouse Fatma, Nahed El Sebaï, énigmatique, attachante. Le tout sur fond de révolution. De la Place Tahrir au mur qui borde le village de Mahmoud et Fatma, et le coupe des pyramides, qu’enfants, ils escaladaient librement. Le tourisme s’est tari. La vie est dure. Jusqu’au jour où la dynamique Reem croisera le chemin du cavalier Mahmoud…

PlaceTahrir

Un très beau film qui durant plus de deux heures (qu’on ne voit vraiment pas passer) nous plonge dans des intrigues liées à cette révolution de février 2011 sur la place Tahrir.

« Après la Bataille » : une  très belle réalisation de Yousry Nasrallah dont on peut souligner son premier film : « Vols d’été » ou encore « El Madina ». Yousry Nasrallah qui débuta comme assistant de Youssef Chahine, célèbre réalisateur et producteur égyptien de réputation internationale, disparu en 2008.

Merci le Cinéma Lumière !

Liens :

Les Inrocks.com : http://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/apres-la-bataille/

Allociné : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=201821.html

Première : http://www.premiere.fr/film/Apres-la-Bataille-3318388


Plus de soixante ans ont passé…

Etonnante vidéo…

Dans les années 1950.

Le président égyptien Gamal Abdel Nasser explique devant une assemblée importante l’entretien qu’il avait eu en 1953 avec les Frères musulmans. Parmi les demandes de ces derniers : le port du voile pour toutes les femmes égyptiennes. Rires de Nasser, rires dans l’assemblée. « Je lui ai répondu que c’était revenir à l’époque où la religion gouvernait et où on ne laissait les femmes sortir qu’à la tombée de la nuit », ajoute Nasser.

Ceci se passe il y a soixante ans ! N’est-ce pas ahurissant ?… Soixante ans ont passé et qu’observe-t-on de nos jours – que d’aucuns pourraient appeler les « temps modernes » ? De plus en plus de pressions sont exercées sur les femmes de ce pays (entre autres pays). Comment pourraient-elles donc imaginer qu’il y avait soixante ans – plus d’un demi-siècle – leur sort fut incomparablement plus enviable qu’aujourd’hui… De nos jours où l’on a pu voir pour la première fois une Egyptienne présenter le journal à la télévision, voilée intégralement… Aujourd’hui où le voile intégral est brandi par certain-e-s comme symbole de liberté ou d’équilibre… En soixante ans, une pesante nuit est tombée sur ces pratiques. Les mutations de la société égyptienne actuelle le montrent. Triste, pénible obscurantisme.

Pour toutes ces femmes égyptiennes, et tant d’autres dans le monde dans le même cas, espérons qu’une nouvelle aube puisse bientôt se dessiner à l’horizon de la Laïcité, de la Liberté, et du Respect. Aube de l’Espérance. Une aube que nul voile ne pourrait dissimuler. Première aube avant qu’un grand soleil surgisse, imparable, éblouissant de sa belle, de sa grande, de sa pure lumière, et aille déloger jusque dans les moindres petits recoins de l’Humanité comme dans le coeur des Hommes, les dernières traces d’ombre, d’obscurité, de ténèbres.

Tahar Ben Jelloun et le « Printemps arabe »

Idée lecture ! Tahar Ben Jelloun va publier, le 16 juin prochain, deux ouvrages consacrés aux révoltes arabes de ce printemps. « L’Etincelle » et « Par le Feu ».

Qui a oublié ce vent de liberté soufflant sur ces pays arabes… A commencer par le martyr tunisien Mohamed Bouazizi qui s’immola par le feu, le 17 décembre 2010 ; geste qui initia ce que l’on appellera la Révolution du Jasmin dans ce pays. C’est son histoire que met en scène Tahar Ben Jelloun, dans « Par le Feu », un récit romancé.

L’autre ouvrage analyse l’événement que représente la Révolte des pays arabes, « cet immense mur de Berlin qui tombe et a eu un effet libérateur un peu partout dans le monde (…) » a précisé l’auteur qui s’est « mis dans la tête » d’Hosni Moubarak ou Ben Ali. Dans ce récit, « L’Etincelle », il s’intéresse aussi aux révoltes qui se déroulent actuellement en Lybie et en Syrie.

L’ETINCELLE
ISBN / EAN : 9782070134717
Prix indicatif : 11 €

 

 

 

PAR LE FEU
ISBN / EAN : 9782070134885
Prix indicatif : 12 €

 

 

 

Espérances inespérées

L’actualité de ces dernières semaines nous donne pour le moins le tournis. Les nouvelles qui nous parviennent sont littéralement incroyables, voire surréalistes.

Nous évoquons bien sûr les nombreux signes de contestation qui submerge – c’est un euphémisme – la plupart des pays du pourtour méditerranéen et même plus largement.

Après avoir repris les principales informations, nous avons relevé les dates de début des différentes insurrections (malgré l’attention porté à ce travail, des erreurs ont pu néanmoins s’y glisser). Après une capture de la région concernée sur Google Maps, voici une carte qui permet de localiser dans son ensemble la contagion qui se déroule sous nos yeux éberlués…

Chronologiquement, voici le résultat de nos relevés :

  • 16 décembre 2010 : Tunisie
  • 05 janvier 2011 : Algérie
  • 25 janvier 2011 : Egypte
  • 27 janvier : Yémen
  • 28 janvier 2011 : Jordanie
  • 14 février 2011 : Iran
  • 14 février 2011 : Bahrein
  • 15 février 2011 : Libye
  • 20 février 2011 : Maroc

Et en voici la carte (avec une rotation à 90° pour que ça reste visible) :