Deux-mille-quatorze droit devant !

 En 2013, j’ai été ému par la jeune Malala Yousafzai, j’ai été triste d’apprendre la mort d’Ourasi, j’ai suivi les célébrations du cinquantenaire du Traité de l’Elysée, j’ai adoré les séries « Hatufim » et « Ainsi soient-ils » sur ARTE, « Braquo », « Engrenages » et « The Tunnel » sur Canal+ ainsi que « Touch » et « Under the Dome » sur M6, j’ai célébré les vingt-cinq ans de la disparition de Pierre Desproges, j’ai bu de la Guinness, j’ai installé Mavericks et iOS 7, j’ai fêté à distance les vingt ans de la LOLITA et localement la victoire du RCT en HCup ainsi que le trois-centième article de ce blog, j’ai été attristé par le départ d’Alain Mimoun et de Georges Moustaki, je me suis souvenu de l’arrestation de Jean Moulin il y a soixante-dix ans,  j’ai découvert Alison Krauss et Louise Vautour, j’ai retrouvé Diana Krall et Barbara, j’ai été sorbétisé par l’Ecume des Glaces, j’ai lu la BD « Ainsi se tut Zarathoustra », j‘ai vu les films « Les Fils du Vent », « Syngué Sabour », « Après la bataille », « Quartett », « Les Virtuoses » et « La Part des Anges », mais j’ai mal supporté « The Immigrant », j’ai été ému par un whisky suédois, j’ai revu la danse de Rabbi Jacob.

J’ai aussi redécouvert les films « Les Ailes du Désir » et « Subway », j’ai célébré le printemps, j’ai souhaité un joyeux Nowrooz en persan, j’ai adoré « Sur les Epaules de Darwin » de Jean-Claude Ameisen à la radio, j’ai même acheté le livre, j’ai franchi mes 30 ans à l’Education nationale, j’ai donné un coup de mains au Festival « Musique en vacances », j’ai suivi les élections en Iran, je suis allé deux fois en Alsace et une fois à Monaco, j’ai enfin pu assister à « La Flûte enchantée » à l’opéra de Toulon, j’ai assisté au mariage de Christophe et Hervé à La Ciotat, j’ai découvert le génialissime Stéphane de Groodt, j’ai revu les « Tontons flingueurs », je me suis abonné à Libération week-end, j’ai croisé le « Mât de Cocagne » à La-Seyne-sur-mer, j’ai fait mes courses par le Drive, j’ai envisagé de faire raccorder mon piano, je me suis engagé pour les municipales 2014 sur la liste d’union de la Gauche, j’ai serré la main au Recteur d’Académie et à deux Inspecteurs d’Académie différents, j’ai soutenu une thèse de doctorat en Sciences du Langage et j’ai aussi eu un gros rhume. Là, je me repose un peu avant d’attaquer 2014…

Bon bout d’an à toutes et tous ! Et à l’an qué ven !

Hine bati habaita

C’est cette chanson qui constituait le générique de fin de la série israélienne Hatufim (littéralement, « Les kidnappés »), série qui donna l’idée aux réalisateurs américains de 24 Heures Chrono de l’adapter et cela donnera la célèbre série Homeland. Nous avons déjà évoqué ce phénomène Hatufim sur ce Blog : ici, ici et également .

Hasard de la programmation ? Toujours est-il que, le même jour – jeudi 6 juin –  étaient diffusés, sur ARTE, les deux derniers épisodes de la Saison 1 d’Hatufim et sur Canal+ les deux premiers épisodes de la Saison 2 d’Homeland. Le site « http://leplus.nouvelobs.com » revient sur cette coïncidence et procède à une étude comparative des plus intéressantes entre les deux séries intitulée : « Homeland sur Canal Plus vs. Hatufim sur Arte : l’élève a-t-il dépassé le maître ? »

La Saison 2 d’Hatufim sur ARTE devrait être diffusée durant l’année 2014.

Ainsi, pour saluer la fin de cette première saison d’Hatufim, voici la chanson dont nous parlions en introduction, interprétée par Dana Berger et Itay Pearl : « Hine bati habaita » (Je suis rentré à la maison) :

Lien :

Dossier Hatufim sur le site d’ARTE

Une remarque ?

Hatufim : ça se précise !

Jeudi prochain sera diffusée, case sur ARTE, doctor à 20h50, try la série israélienne qui a inspiré « Homeland » : Hatufim (Prisonniers de guerre) !!!

« C’est par un coup de fil d’Ilan Feldman, l’officier chargé d’accompagner les familles des prisonniers, que celles-ci ont appris le retour imminent des deux survivants. Talia, l’épouse modèle, est partagée entre la joie et la crainte de ne pas être à la hauteur, tandis que ses deux enfants multiplient les remarques cyniques pour conjurer leur appréhension. Terrassée par la culpabilité, Nurit, l’ex-fiancée d’Uri, se plie aux exigences de l’armée et accepte de feindre qu’elle lui est restée fidèle. Quant à Yael, la sœur d’Amiel, bravant les conseils d’Ilan, elle se rend à l’aéroport comme les autres, mais pour accueillir, elle, la dépouille de son frère. »

Hatufim

Hatufim : Prisonniers de guerre (Prisoners of war)
Une série créée, réalisée et écrite par Gideon Raff
(Israël, ARTE France, 10×45 mn)
Image : Itai Ne’eman
Son : Itzik Cohen
Direction artistique : Ido Dolev
Casting : Hila Yuval
Montage : Simon Herman, Ido Mochrik
Producteur : Liat Benasuly
Production : Keshet TV
Avec : Yaël Abecassis (Talia Klein), Yoram Toledano (Nimrod Klein), Mili Avital (Nurit Halevi-Zach), Ishai Golan (Uri Zach), Adi Ezroni (Yael Ben Chorin), Assi Cohen (Amiel Ben Chorin), Guy Selnik (Chatzav), Yael Eitan (Dana)

Date de première diffusion :
Jeu., 9 mai 2013, 20h50

Date(s) de rediffusion :
Jeudi, 9 mai 2013, 20h50
Mercredi, 15 mai 2013, 01h50

 

ARTE

Le Président et la Chancelière

Depuis hier, la chaîne franco-allemande ARTE célèbre le cinquantenaire du Traité de l’Elysée, à grand renfort de reportages, fictions, directs, plus passionnants les uns que les autres.

L’un de ces moments a été diffusé en fin d’après-midi, aujourd’hui. Il s’intitulait :

LE PRÉSIDENT ET LA CHANCELIÈRE FACE AUX JEUNES

Arte_Emission

Voilà l’émission telle qu’elle est présentée sur le site d’ARTE :

A Berlin, ils rencontrent deux cents jeunes venus de France et d’Allemagne pour s’entretenir avec eux des sujets qui mobilisent la jeunesse européenne. Intitulé « Le président et la chancelière face aux jeunes », cet événement est diffusé sur l’antenne d’ARTE et simultanément sur notre site Internet. Les débats, en direct de la Chancellerie, sont animés par les présentatrices d’ARTE Journal, Marie Labory et Nazan Gökdemir. Angela Merkel et François Hollande vont notamment évoquer avec les participants la situation actuelle des jeunes et les perspectives qui s’offrent à eux en Europe, la manière dont les Allemands et les Français se perçoivent et se comprennent mutuellement, l’avenir de l’Europe et le rôle de la culture dans la construction européenne… Cette manifestation est organisée en coopération avec l’Office franco-allemand pour la jeunesse.

Le débat fut réellement passionnant. Pour le revoir, vous avez sept jours et c’est à cette adresse que ça se passe :

http://videos.arte.tv/en/videos/le-president-et-la-chanceliere-face-aux-jeunes–7263932.html

(France, 2013, 90 mn)

ARTE

ARTE

« Hatufim », bientôt… Et après ?

Hatufim_NouvelobsTVNous avions déjà évoqué cette série israélienne aux destinées prestigieuses dans un précédent article. En début de semaine dernière, la chaîne ARTE twittait l’information suivante :

On vous rappelle au passage la diffusion prochaine sur ARTE d’#Hatufim, la série israélienne qui a inspiré #Homeland… #GoldenGlobes. (@ARTEfr)

Sur le site web de la chaîne nous pouvons également lire :

La saison 1 sera diffusée sur ARTE au premier semestre 2013 le jeudi en prime time, en VF et VOSTF.

Tout porte donc à croire que cette diffusion d’Hatufim est imminente. Pour mémoire, voici quelques informations :

HATUFIM – Saison 1
Créée par Gideon Raff
Avec : Ishai Golan, Yaël Abecassis, Yoram Toledano
Production : Keshet TV (Israël – 10×45 mn)

A travers le destin de deux soldats de Tsahal capturés 17 ans auparavant lors d’une mission au Liban, Hatufim raconte le retour au pays de ces prisonniers qui doivent apprendre à se réintégrer dans la société et au sein de leurs familles, et à surmonter les traumatismes de la captivité.

Par ailleurs, dans le supplément TV – Ciné du Nouvel Observateur de cette semaine pouvons-nous lire le petit article ci-dessus (TELEX), dans lequel nous apprenons que l’auteur Gideon RAFF de « Hatufim » (et non « Hatfum ») a le vent en poupe ! C’est un euphémisme…

Sources :

ARTE > http://pro.arte.tv/2012/10/hatufim-la-serie-qui-a-inspire-homeland-prochainement-sur-arte/

Blog ARTE > http://wp.arte.tv/dimension-series/2012/10/02/homeland-revient-sans-triompher/

Hatufim

En hébreu : « Les kidnappés ».

L’histoire : Deux soldats de Tsahal prisonniers au Liban durant dix-sept ans sont libérés par le Hamas. De retour en Israël, les deux militaires doivent affronter une nouvelle réalité après cette longue absence, auprès de leur famille.

Il s’agit d’une série créée par Gideon Raff et diffusée sur le réseau Keshet TV durant l’année 2010. Cette série d’un nouveau genre a bouleversé Israël. Le retour des prisonniers de guerre reste un sujet tabou en Israël, où « ces prisonniers sont souvent laissés seuls face à leur traumatisme », explique Gideon Raff.

Un succès. Or les réalisateurs de 24 heures Chrono qui venait de se terminer ont accepté d’adapter Hatufim qu’ils avaient adoré. Gideon Raff a collaboré avec eux dans l’écriture de Homeland, série qui atteint des sommets inespérés en France, sur Canal+ ; la deuxième saison est actuellement diffusée aux Etats-Unis où la série Homeland fut récemment couronnée de plusieurs Emmy Awards.

Continuer la lecture de « Hatufim »

 » The Spiral « 

N’avez-vous jamais entendu parler de cette série unique, The Spiral, étonnamment déclinée en temps réel, en plus de la diffusion à la télévision, sur le web ainsi que sur Tweeter.

Petite introduction :

Voici des années qu’Arturo, un artiste célèbre, dont le monde ne connaît que la signature en forme de spirale, fait le coup de poing contre l’establishment financier, politique, mais aussi culturel, de l’Europe. Ses happenings spectaculaires, qui dénoncent les dérives du capitalisme contemporain et la complicité des pouvoirs en place, ont coûté des millions aux États, mais il demeure insaisissable. Un enquêteur de choc, Juha Virtanen, vient épauler la jeune Roos Dubois, chef de la section artistique d’Europol, et découvre une piste…

ARTE propose durant une semaine de revoir les cinq épisodes. Ne loupez pas l’occasion.

Une seule adresse à retenir :

http://www.arte.tv/fr/les-episodes/6871028.html

Voilà ce qui figure sur le Blog d’ARTE : « The Spiral » est un dispositif inédit : une série télévisée, un jeu et une plate-forme de création participative avec pour ambition de créer une communauté internationale. Première série crossmédia européenne, elle est diffusée simultanément dans neuf pays, à la fois précédée et accompagnée du site internet thespiral.eu.