La Fête du silence

Qui n’a pas en mémoire ce moment festif qui nous est offert chaque année lors du jour le plus long. Célébration de la musique, expressions plus assourdissantes, c’est selon. Le 25 juin est ainsi marqué. Ce jour-là du solstice d’été est en effet le plus long de l’année, dans l’hémisphère nord du moins (le 21 ou 22 juin, pour être précis).

Comme cela nous semble loin… En ces temps hivernaux, nous voici parvenus à l’orée de la nuit la plus longue (le 21 ou 22 décembre). Cette longue nuit du solstice d’hiver. Mais plutôt que de se morfondre, relevons la tête. Car paradoxalement, ce passage particulier représente l’espérance.

C’est justement à partir du Solstice d’hiver que les jours cesseront de réduire et, après une petite stabilisation, initieront imperceptiblement un mouvement inverse. A partir du Solstice d’hiver, les jours vont s’allonger et la lumière vaincra les ténèbres. Notons qu’à son paroxysme, nul ne se rend compte, le 21 juin, que déjà les jours vont commencer à réduire…

Année après année, la même alternance, montante en hiver, descendante en été, est comparable à une respiration. Inspiration, expiration. Un battement. Le cycle permanent de l’articulation entre la pensée et l’action. Oui, sous ses travers austères, le Solstice d’hiver cache son plus beau des trésors : celui de la promesse d’une lumière retrouvée.

C’est cette espérance qu’expriment, en cette période particulière, à leur façon, et au-delà de toute considération dogmatique, ces lumières placées au bord des fenêtres à Lyon, les mêmes que l’on peut voir à la même place dans les foyers qui célèbrent la fête de Hanoucca, d’autres encore qui illuminent les sapins de Noël.

Mais au fait : comme le jour le plus long a sa fête, souvent bruyante (voir plus haut), ne pourrions-nous pas instituer pour célébrer le Solstice d’hiver une Fête… du silence ?…

Bonnes fêtes à toutes et à tous. Puisse ce message d’espérance vous accompagner durant ce passage merveilleux.

Opérette marseillaise

VENDREDI 9 décembre 2011,dans la salle Paul Eluard, à La Ciotat, fut interprétée une opérette marseillaise en 2 actes, 10 scènes et 24 chansons :

A MARSEILLE, UN SOIR
De Georges Crescenzo

Dans le cadre de la programmation de l’association « Passion’ARTS »

« Aux quatre coins du monde, indiscutablement
On aime sa faconde et ses mille défauts charmants
Elle a la grâce brune des filles du midi
Il n’en existe qu’une, voilà pourquoi chez nous l’on dit :
Continuer la lecture de « Opérette marseillaise »

Lecture-Ecriture Cycle 3 : L’Île Mystérieuse

Dans certaines écoles de la ville, a lieu une activité destinée aux élèves de CE2 que nous voyons deux fois par semaine à raison de quatre-vingt-dix minutes par séance. Les enseignants spécialisés participent à ce projet « Lecture-Écriture » mise en place l’an dernier par l’Inspecteur. L’intérêt est de retrouver les élèves en petit groupe (moins de dix enfants) et de pouvoir leur proposer un texte choisi ainsi qu’une série de travaux liés à ce dernier, tout en prenant le temps de le faire.

Restait à constituer un recueil de textes puisés principalement dans les productions de littérature jeunesse. Or j’ai très vite souhaité proposer aux élèves des oeuvres de la littérature française ou étrangère. Il y a tant d’histoires à partager !… J’ai testé. Aidé en cela par une collègue de CE2 avec laquelle nous partageons l’effectif de la classe.
Continuer la lecture de « Lecture-Ecriture Cycle 3 : L’Île Mystérieuse »

Mais l’eau dis ? En sous-sol !

La Ciotat, son béton et ses promoteurs…

Eh ben, les « chemins de l’excellence » de monsieur le Maire de La Ciotat… Qu’ils le trouvent d’abord, le chemin… Le chemin des bétonnages, je veux bien. Le chemin des pollueurs, d’accord. Le chemin des scandales, encore d’accord. Et l’excellence, dans tout ça ? Allez demander aux résidents de « Côté Plage »…

Voici une copie d’écran de l’article paru ce jour sur le site La Provence.com :

Lien vers le site Laprovence.com : http://www.laprovence.com/article/la-ciotat/la-residence-cote-plage-prend-leau-en-sous-sol

Quand les hommes vivront d’Amour

Il y a des moments rares, dans une existence. Comme ce 13 août 1974 à Québec, quand Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois reprirent cette magnifique chanson pacifiste de Raymond Lévesque de 1956. Quelles images, quelle fraternité, et surtout, quelles paroles…

Un magnifique cadeau au monde du poète Québecois…
Continuer la lecture de « Quand les hommes vivront d’Amour »

L’Alsace dans le Sud

Lorsque la ville de La Seyne sur Mer accueille pour quelque jours l’Alsace, la magie opère ! Il faut dire que les stands alsaciens sont arrivés mercredi dernier, dernier jour d’un déluge qui, depuis plusieurs semaines, a fait tant de dégâts dans la région. L’installation, mercredi, ne fut pas des plus simples – c’est un euphémisme ! – tant la pluie était diluvienne (ce qui a fait perdre une demi-journée en moyenne à tous les commerçants venus de si loin)… Mais quelle joie de retrouver dans le Parc de La Navale, à La Seyne, donc, ces stands hauts en couleurs, présentant tous les produits qui font la richesse de cette belle région de l’est. Et la culture aussi, avec, sur cette musique si typique, ces danses folkloriques commentées au micro par un spécialiste de la chose, devant un public nombreux dont l’intérêt se mélangeait à l’étonnement. Ah ! Les bretzels, ces confitures, et autres bredele (littéralement « petits gâteaux »). Et cette bière d’Alsace à la pression, cette choucroute, ces spaetzle (variété de pâtes alsaciennes) ! Sans oublier les kougelhopfs, les célèbres vins des vignobles alsaciens et l’eau de vie locale… Continuer la lecture de « L’Alsace dans le Sud »