Bonne pensée, bonne parole, bonne action (et bonne cuisine)

Mais quelle bonne idée, ce restaurant iranien à Aix-en-Provence ! Un des rares lieux où il est possible de déguster la cuisine Persane. Oui, quelle bonne idée ! Des plats typiques, un choix très fourni, un vrai régal. De délicates épices enchantent nos sens mais ce n’est jamais piquant. Le service est rapide et l’ambiance au beau fixe. Une belle découverte !

La carte
La carte

Au dessus du comptoir se dressait cette représentation : l’Oiseau Vareghna.

oiseauvareghna

Symbole par excellence du Zoroastrisme, l’Oiseau Vareghna représente tout d’abord un homme d’un certain âge, celui de la sagesse. Les ailes nous rappellent de toujours chercher à avancer, à progresser dans la vie. Continuer la lecture de « Bonne pensée, bonne parole, bonne action (et bonne cuisine) »

Les nougats d’Ispahan

A la fin de la semaine dernière a commencé la fête de Nowrouz. Précisément en France le vendredi 20 mars 2015 à 23h45m11s et en Iran, samedi 21 mars 2015 à 02h15m11s.

Depuis le 23 février 2009, l’UNESCO a fait de Nowrouz une journée internationale figurant dans la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Nous avons souvent eu l’occasion d’évoquer cette fête dans ce blog. Rappelons seulement que « Now » et « rouz » signifient respectivement « nouveau » et « jour ». Par ailleurs revenons rapidement sur les Haft Sîn (les sept « S ») ; il s’agit – nous avions maintes fois abordé ce sujet – de sept éléments dont le nom commence par la lettre « s » (sin dans l’alphabet persan). On les dispose sur la table et ils y restent jusqu’au 13e jour après le nouvel an. Voici quelques exemples :

Haft-SînImage : 7seen.com

Continuer la lecture de « Les nougats d’Ispahan »

Âzâdi, Liberté…

Une belle idée lecture ! Lorsqu’il y a quelques temps j’ai appris l’existence du livre de Saïdeh Pakravan, je me suis empressé de me le procurer dans ma librairie favorite, « Au poivre d’Ane » (1).

Azadi

Publié par les éditions Belfond, j’ai d’abord été étonné par la sobriété de la couverture de ce roman. Presque bi-colore, on y distingue titre et nom de l’auteure ainsi qu’une représentation de la célèbre Tour Âzâdi de Téhéran, colorée de rouge et sur laquelle on distingue les yeux d’une jeune personne…

Voici ce que nous livre la quatrième de couverture :

Âzâdi signifie « liberté » en persan. Il y a ceux qui la rêvent et ceux qui en paient le prix.
Téhéran, juin 2009. Après des élections truquées, une colère sourde s’empare de la jeunesse instruite de Téhéran. Dans la foule des opposants la jeune Raha, étudiante en architecture, rejoint chaque matin ses amis sur la place Azadi pour exprimer sa révolte, malgré la répression féroce qui sévit. Jusqu’au jour où sa vie bascule. Après son arrestation, et une réclusion d’une violence inouïe, ses yeux prendront à jamais la couleur de l’innocence perdue…
Tout en levant le voile sur une psyché iranienne raffinée et moderne, sans manichéisme et avec un souffle d’une violente beauté, Azadi raconte de façon magistrale le terrible supplice de celle qui cherche, telle une Antigone nouvelle, à obtenir réparation. Et à vivre aussi… là où le sort des femmes n’a aucune importance.

Continuer la lecture de « Âzâdi, Liberté… »

Choix d’Iran…

Il s’en passe, des choses, en Iran…

Nous avions déjà évoqué les élections qui se sont déroulées dans ce pays récemment. Nous nous étions rendu compte que la notion de « modéré » était pour le moins relative aussi (une belle illustration : le dessin de Plantu un peu plus bas). Mais comment pouvions nous espérer des miracles alors que le système politique iranien est tel que le Guide suprême Ali Khamenei (élu pour huit ans, lui) détient des pouvoirs exorbitants ! En bref, c’est lui qui nomme la moitié des membres du Conseil des gardiens. Lui encore qui nomme ou révoque les cinquante-et-un membres du Conseil de discernement (qui décide la politique générale). Le Conseil des gardiens a quant à lui le pouvoir d’approuver ou de s’opposer aux lois du Parlement. Ce Parlement (Majlis) peut approuver ou refuser des ministres du gouvernement nommés par le Président Rohani.

Bref, le poids des religieux dans le système politique de la République islamique d’Iran est pour le moins énorme.

Or deux faits récents sont passés quasi-inaperçus.

D’abord, jeudi dernier, le Parlement – dans son vote de confiance des dix-huit ministres du gouvernement (ce vote se fait ministre par ministre et non globalement), a refusé trois nominations (principalement pour leur proximité avec le mouvement réformateur de 2009) : celles de Mohammad Ali Najafi (Education nationale), de Jafar Mili-Monfared (Science, Recherche et Technologie) et Massoud Soltani-Far (Sport et Jeunesse).

Par ailleurs, une élue suppléante du conseil municipal de la ville de Qazvin (ouest de Téhéran), Nina Siahkali Moradi, 27 ans, a vu son mandat invalidé car… cette municipalité « n’a nullement besoin d’un mannequin ». Oui, vous avez bien lu : la trop grande beauté de Nina Siahkali Moradi lui a été fatale… Ingénieur de formation et candidate de la jeunesse, elle avait pourtant rassemblé près de 100.000 suffrages et était arrivée 14ème sur 163 candidats !

Et vous souvenez-vous de cette histoire de « maillot » que nous évoquions début juillet qui traitait d’un « record de la natation non validé pour une tenue « pas assez conforme à la charia » ?… lham Asghari, l’Iranienne de 32 ans en question, avait nagé, le 11 juin dernier, pendant huit heures.

A l’instar du grand Philippe Meyer, célèbre mammifère omnivore, disons que nous vivons vraiment une époque moderne…

• L’article sur le site http://www.huffingtonpost.co.uk

Rohani modéré ?

Ah le nouveau président de l’Iran ! Nous en parlions ici… La veille de son investiture, vendredi 2 août, il avait affirmé « qu’Israël était un corps étranger qui devait être extirpé de la région ». Si changement il y a, nous ne nous en sommes pas encore aperçus, tellement ça doit être subtil. C’est le peuple que je plains. Les femmes et les hommes de la rue. Les jeunes surtout, si nombreux dans la société iranienne… Ce peuple qui ne supporte plus de cette république islamique, qui n’a jamais tant espéré la Liberté… Pour en revenir à Rhoani, c’est Plantu qui en parle le mieux. Voici son dessin paru dans Le Monde du 6 août dernier :

plantu-6-8-lemonde

Iran : cri d’un peuple indigné (Reportage LCP-AN)

Iran : cri d’un peuple indigné

Commentaire du site LCP-AN à propos de ce document :

Face au vertige de l’information en continu, les documentaires imposent cette distance nécessaire pour une nouvelle expérience du réel.

Ainsi, l’écriture documentaire vient indispensablement renforcer les moyens d’expression et de connaissance proposés à l’antenne à travers les journaux, les magazines et autres débats.

Depuis de nombreuses années, LCP a choisi de faire la part belle à la démarche documentaire sur son antenne à travers une programmation sur-mesure et une politique de coproduction ambitieuse. LCP achète ou coproduit une cinquantaine de documentaires par an et collabore avec de nombreux producteurs porteurs de savoir-faire différenciés.

Source : http://www.lcp.fr/emissions/docs-ad-hoc/vod/148351-iran-cri-d-un-peuple-indigne
Publiée le 14/06/2013
Durée : 52mn

Ce reportage et bien d’autres sont en vente sur le site « Horizon Docs » et sont le fruit du travail de Jamshid Golmakani (Producteur-Réalisateur) que nous pouvons soutenir en faisant connaître ce site « horizondoc.jimdo.com » et en achetant les DVD de ces réalisations passionnantes.

http://horizondoc.jimdo.com/catalogue-catalogue/

Ainsi se tut Zarathoustra

Belle rencontre…

Tout a commencé avec cet article du 16 juin dernier publié à l’occasion des élections iraniennes. J’y ai découvert une vidéo présentant l’exposition « Perse et fracas » (organisée par Courrier International) que je vous reproduis :


Exposition « Perse et fracas » par courrierinternational

On y retrouve un certain Nicolas Wild qui nous présente son album « Ainsi se tut Zarathoustra ». Ni une ni deux, allons le commander !

Résistant aux sirènes de la facilité et de l’immédiateté – maux de notre société actuelle – je me rendais dans ma librairie préférée : « Au Poivre d’Âne » 46 quai François Mitterrand – Bâtiment de l’Armement – 13600 La Ciotat – Tél : 04 42 71 96 93. Excellent accueil, réconfortants sourires, rassurant professionnalisme, l’ouvrage était commandé. Quelques jours après, hier, j’allais le récupérer.

couverture

Je m’attendais à une BD (avec un grand format, type bande dessinée). Mais non : 24 cm x 16,5 cm. Près de 2 cm d’épaisseur. 221 pages. Noir et blanc. Ce type de format, me précise la libraire, un genre de « roman-graphique », se développe de plus en plus.

Comme nous l’expliquait Nicolas Wild dans la vidéo ci-dessus, c’est à un grand voyage que nous invite ce livre. Voici quelques informations complémentaires :

« Il s’en passe des choses dans la vie d’un graphiste globe-trotter. Nicolas Wild, à peine rentré à Paris, croise son amie Sophia, dont le père récemment décédé était une figure de la communauté zoroastrienne en Iran. Rien moins que l’une des plus anciennes religions monothéistes, après le judaïsme. Autour de cette personnalité hors du commun, Wild va découvrir plusieurs petits mondes qui se côtoient : les réfugiés afghans, la diaspora iranienne, un grand reporter, des artistes avant-gardistes… » (actuabd.com)

Continuer la lecture de « Ainsi se tut Zarathoustra »

Une histoire de maillot…

En Iran, un record de la natation non validé pour une tenue « pas assez conforme à la charia »

Elle dit avoir battu le record de la natation en mer des femmes, après avoir nagé 20 kilomètres dans la mer Caspienne. Elham Asghari, l’Iranienne de 32 ans, a nagé, le 11 juin, pendant huit heures dans une plage consacrée aux femmes au nord de l’Iran, près de la ville de Noshahr, en présence d’un représentant de la Fédération de la natation. En sortant de l’eau, on lui a tout de même annoncé que la sous-ministre des affaires des femmes et du sport, Marzieh Akbarabadi, avait refusé d’enregistrer son record, prétextant que sa tenue n’était pas « assez conforme à la charia. » >>> [Lire l’article sur http://keyhani.blog.lemonde.fr]…

Elections en Iran : suite

Voilà. Les dés sont jetés.

Hassan Rohani, 64 ans, a été élu samedi président de l’Iran dès le premier tour avec 18,6 millions de voix (50,68%). [Article Libération]

Pour l’avenir, on s’attend à ne pas assister tout de suite à une révolution : Rohani, pourtant « modéré », était le seul mollah (religieux) des six candidats. Et par-dessus tout, ces six candidats avaient été « autorisés » par le Conseil des Gardiens – dont la moitié des membres sont nommés directement par le Guide suprême, en l’occurrence ici Ali Khamenei.

Une infographie très complète visible ici nous apprend que le président, élu par le peuple pour quatre ans, nomme les 21 ministres du gouvernement ; nominations qui peuvent être approuvées ou refusées par les 290 membres du Parlement (appelé Majlis) élus par le peuple pour quatre ans également. Le Parlement vote des lois.

Le peule élit pour huit ans les 86 religieux de l’Assemblée des Experts qui élit / révoque le Guide suprême…

Continuer la lecture de « Elections en Iran : suite »

Iran : Vote4Zahra !

Z_Symbol_Real_Candidate

Aujourd’hui, on votait, en Iran !

zahra-930_scalewidth_630Et l’on parle de Zahra : candidate à ces présidentielles. Comment ? Une femme candidate aux présidentielles iraniennes ? Bon, nous y reviendrons…

En attendant, exit Ahmadinejad : la constitution ne permet pas de prétendre à trois mandats successifs en Iran. Ca, c’est fait ! Mais il y a six candidats. Pour faire simple, tout semble se jouer entre Hassan Rohani, religieux de 64 ans et candidat unique des réformateurs, et trois conservateurs qui ont refusé toute alliance : l’ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati, le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili, ultraconservateur.

Continuer la lecture de « Iran : Vote4Zahra ! »