Lale, Nur, Selma, Ece, Sonay et Hirut

Turquie, Ethiopie. Non, il ne s’agit pas de récentes destinations estivales, mais plus simplement de deux films exceptionnels vus à moins de deux mois d’intervalle. A l’honneur, deux réalisateurs non moins formidables : Deniz Gamze Ergüven et Zeresenay Mehari.

MustangDifret

Lale, Nur, Selma, Ece, Sonay, Hirut : tels sont les prénoms des différentes héroïnes de ces deux longs métrages ; les cinq sœurs du film Mustang, puis la jeune fille de Difret. Le point commun qui unit ces deux œuvres a priori très éloignées géographiquement et culturellement : le poids des traditions ancestrales.

Les deux films s’ouvrent sur une note de bonheur et d’insouciance. D’un côté, la joie d’une fin d’année scolaire et des premiers moments de vacances d’été où l’on voit en Turquie cinq soeurs s’amuser avec des garçons au bord de la mer, de l’autre, en Ethiopie, une jeune fille à l’école, bonne élève, à laquelle l’enseignant annonce qu’elle aura accès à la classe supérieure. Grand sourire sur le visage de l’adolescente qui, à la fin de la classe, repart à pieds chez elle annoncer la bonne nouvelle à sa famille. Continuer la lecture de « Lale, Nur, Selma, Ece, Sonay et Hirut »

Un vrai Apple I frôle le recyclage et se revend pour 200 000 $

Je viens de lire ceci sur le site de MacGeneration : « Un véritable Apple I a été retrouvé par une société de recyclage de matériels informatiques, dans un lot que lui avait offert un particulier. La machine a été vendue 200 000 $ à un collectionneur privé. Maintenant, la société californienne CleanBayArea espère retrouver la donatrice. Elle souhaite lui rétrocéder la moitié de cette somme, soit l’équivalent de 91 000 euros. »

Voici le fameux Apple I, commercialisé en avril 1976. Son prix était alors de 666,66 $. Il fut conçu dans le garage de la famille Jobs (ci-dessous Steve Wozniak et Steve Jobs).

Les spécifications techniques étaient les suivantes :

  • Processeur : MOS Technology 6502 8 bits cadencé à 1 MHz
  • Bus système : 1 MHz
  • Mémoire vive : 8 Ko, extensible à 64 Ko
  • ROM : 256 octets
  • Affichage : 40×24 caractères

Emouvant, isn’t it ?

La production de l’Apple I fut arrêtée en mars 1977, avec l’apparition de son successeur, l’Apple II.

En mai 2013 un Apple I avait été vendu au prix de 671.400 $ (environ 611.337 €). Le record précédent datait de juin 2012 avec une vente à New York d’un montant de 374.500 $ (environ 340.967 €). La cote de l’Apple I semble donc à la baisse avec une transaction à 200 000 $ en 2015 (182.108 €)… Quoi qu’il en soit, au train où vont les choses, ce n’est pas demain la veille que je me séparerai de mon vénérable Apple //e !

- By Mystère Martin (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons
Apple IIe + Disk II drives + Apple Monitor II – By Mystère Martin (Own work) [CC BY-SA 3.0 or GFDL] via Wikimedia Commons.
Source : Un vrai Apple I frôle le recyclage et se revend pour 200 000 $ | MacGeneration

L’article original : http://www.mercurynews.com/business/ci_28221648/100-000-check-awaits-mystery-apple-i-donororiginal

Mobilisations en Europe pour le blogueur saoudien Raif Badawi

Mise à jour 7 juin 2015 – France Info :

En Arabie saoudite, malgré une mobilisation internationale sans précédent, la Cour suprême confirme la condamnation à 10 ans de prison et à 1.000 coups de fouet pour le blogueur Raif Badawi, emprisonné en 2012 et condamné en 2014 pour « insulte à l’islam. Une  décision attendue avec angoisse par ses proches, à commencer par son épouse Ensaf Haidar. (Lire la suite sur le site de France Info)

Je relaye cet article de franceinfo.fr à propos de l’écrivain et blogueur Raif BADAWI, né le 13 janvier 1984 (il a 31 ans), à Khobar, en Arabie saoudite, où il se trouve actuellement emprisonné. Rappel des faits (source Wikipedia) : En 2008 il ouvre le site Free Saudi Liberals, militant pour une certaine libéralisation de la société dans ce pays. Accusé d’apostasie (renoncement à sa religion) et d’insulte à l’islam, il est emprisonné depuis juin 2012. Il a été condamné à 1000 coups de fouet et 10 années de prison. Son avocat Waleed Abu al Khair est également emprisonné. L’application de la sentence de flagellation a débuté le , suscitant des protestations de plusieurs gouvernements puis de l’ONU. 

C’est un véritable combat que mène depuis plusieurs mois Ensaf Haidar, l’épouse du blogueur saoudien Raif Badawi, condamné à 1 000 coups de fouet et 10 ans de prison dans son pays. Cette femme sillonne l’Europe pour plaider sa cause, soutenue par plusieurs organisations de défense des droits de l’homme.

Source : Mobilisations en Europe pour le blogueur saoudien Raif Badawi

Les radioamateurs au service d’autrui…

Photo http://www.opb.org

Des radioamateurs partent au Népal : dans les cas de tremblements de terre importants ou autres catastrophes naturelles – comme la récente éruption du volcan Calbuco au Chili – les communications deviennent très souvent rapidement inopérantes. Les radioamateurs permettent alors de pallier aux défaillances dans ce domaine.

Qu’est-ce qu’un radioamateur ? Cette description synthétique de Wikipédia est parfaite : Les radioamateurs sont des personnes qui pratiquent, sans intérêt pécuniaire, un loisir technique permettant d’expérimenter les techniques de transmission et par conséquences d’établir des liaisons radio avec d’autres radioamateurs du monde entier. Beaucoup d’avancées technologiques sont dues aux radioamateurs, c’est par exemple grâce à eux que les fréquences au-dessus de 30 MHz sont aujourd’hui utilisées. L’activité radioamateur permet d’acquérir ainsi des connaissances techniques dans les domaines de la radio et de l’électronique et de développer des liens d’amitié entre amateurs de différents pays.

Continuer la lecture de « Les radioamateurs au service d’autrui… »

L’Espoir apporte l’Unité

J’ai vu passer sur Twitter cette photo, publiée par EzidiPress et titrée :

« L’Espoir apporte l’Unité ainsi les Yézidis célèbrent leur Nouvel An ».

Ignite holy lights in the Ezidi temple of Lalish during New Year ceremony (Emrah Yorulmaz/AA)
Ignite holy lights in the Ezidi temple of Lalish during New Year ceremony (Emrah Yorulmaz/AA)

Plus tard je trouvais sur le site web, cette fois, de EzidiPress, un article dont cette photo est l’illustration. Un article d’Elias Kasem, militant Yezidi vivant aux Etats-Unis à  Phoenix, Arizona.

http://ezidipress.com/en/hope-brings-unity-yezidis-new-year/

Il aborde l’importance fondamentale de l’unité et de l’espoir chez les Yezidis, particulièrement depuis le 3 août 2014 pour ce peuple (voir ici)…

En cette période où le message d’Espérance accompagne les fêtes de Pâques et de Pessah, ayons une pensée pour ce peuple opprimé, sans oublier les chrétiens d’Orient ni ceux du Kenya… Et espérons que cette nouvelle année soit pleine d’espoir et d’unitépour les Yezidis !…

Les nougats d’Ispahan

A la fin de la semaine dernière a commencé la fête de Nowrouz. Précisément en France le vendredi 20 mars 2015 à 23h45m11s et en Iran, samedi 21 mars 2015 à 02h15m11s.

Depuis le 23 février 2009, l’UNESCO a fait de Nowrouz une journée internationale figurant dans la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Nous avons souvent eu l’occasion d’évoquer cette fête dans ce blog. Rappelons seulement que « Now » et « rouz » signifient respectivement « nouveau » et « jour ». Par ailleurs revenons rapidement sur les Haft Sîn (les sept « S ») ; il s’agit – nous avions maintes fois abordé ce sujet – de sept éléments dont le nom commence par la lettre « s » (sin dans l’alphabet persan). On les dispose sur la table et ils y restent jusqu’au 13e jour après le nouvel an. Voici quelques exemples :

Haft-SînImage : 7seen.com

Continuer la lecture de « Les nougats d’Ispahan »

Âzâdi, Liberté…

Une belle idée lecture ! Lorsqu’il y a quelques temps j’ai appris l’existence du livre de Saïdeh Pakravan, je me suis empressé de me le procurer dans ma librairie favorite, « Au poivre d’Ane » (1).

Azadi

Publié par les éditions Belfond, j’ai d’abord été étonné par la sobriété de la couverture de ce roman. Presque bi-colore, on y distingue titre et nom de l’auteure ainsi qu’une représentation de la célèbre Tour Âzâdi de Téhéran, colorée de rouge et sur laquelle on distingue les yeux d’une jeune personne…

Voici ce que nous livre la quatrième de couverture :

Âzâdi signifie « liberté » en persan. Il y a ceux qui la rêvent et ceux qui en paient le prix.
Téhéran, juin 2009. Après des élections truquées, une colère sourde s’empare de la jeunesse instruite de Téhéran. Dans la foule des opposants la jeune Raha, étudiante en architecture, rejoint chaque matin ses amis sur la place Azadi pour exprimer sa révolte, malgré la répression féroce qui sévit. Jusqu’au jour où sa vie bascule. Après son arrestation, et une réclusion d’une violence inouïe, ses yeux prendront à jamais la couleur de l’innocence perdue…
Tout en levant le voile sur une psyché iranienne raffinée et moderne, sans manichéisme et avec un souffle d’une violente beauté, Azadi raconte de façon magistrale le terrible supplice de celle qui cherche, telle une Antigone nouvelle, à obtenir réparation. Et à vivre aussi… là où le sort des femmes n’a aucune importance.

Continuer la lecture de « Âzâdi, Liberté… »