Ode au Printemps

Vous souvenez-vous de la précédente équinoxe ? Celle du 23 septembre dernier ? Quelle que soit l’équinoxe, à cette date le jour et à la nuit ont exactement la même durée. Un phénomène possible grâce à l’alignement parfait du soleil avec l’équateur, il change d’hémisphère céleste. En septembre, la nuit va peu à peu gagner sur le jour (jusqu’au solstice d’hiver) alors qu’en mars, le jour va peu à peu gagner sur la nuit (jusqu’au 21 juin, date du solstice d’été).

Mais ici et maintenant, quel meilleur endroit peut-il y avoir au monde – que dis-je ! dans la galaxie ! – pour partir à la rencontre de ce printemps nouveau, que nos collines ? Ah, le Garlaban en pareille saison ! En route ! Par le chemin de la Treille. Continuer la lecture de « Ode au Printemps »

L’Abbaye cistercienne de Valmagne

On se dit que cette guerre, qui pourrait bien durer cent ans, voire plus – étant donnée la quinzaine de belligérants engagés à l’échelle de toute l’Europe – allait connaître une trêve… Seguin avait sa mine des mauvais jours. Il savait que dès la paix retrouvée – fut-elle courte – ses deux-mille hommes et lui n’allaient plus être payés. C’est aux côtés des Godons qu’il avait choisi de s’engager. Drôle de nom, s’était-il dit à l’époque. Ce sont en fait les Anglais. On les appelle ainsi en raison d’un juron « God dam » (Dieu me damne). Les Godons… Il avait vingt-six ans lorsqu’il combattit pour la première fois avec eux. C’était lors de la mémorable bataille de Poitiers, en 1356. Seguin savait que le Languedoc méritait une halte, en cas de trêve : il y en avait des richesses là-bas ! Une prometteuse Abbaye se rappela d’ailleurs à son souvenir… Continuer la lecture de « L’Abbaye cistercienne de Valmagne »