Grand, fort, marquant, en un mot inoubliable.

Il est un moment qu’à nul autre pareil nous souhaiterions grand, fort, marquant, en un mot inoubliable. Nous voulons parler de cette transition d’une année à l’autre. Ce passage vers un autre ailleurs, une nouvelle destinée. Las des sempiternelles scènes gargantuesques autour d’une table richement garnie de délicats mets et autres délices liquides, de paroles convenues, il nous fallait autre chose. Passer autrement. Aller vers cette nouvelle année en choisissant une autre chemin.

C’est ainsi que ce jeudi 31 décembre 2015 vers dix-neuf heures, nous gagnâmes l’Opéra de Marseille. Ce soir-là était présenté le célèbre Opéra-Bouffe de Jacques Offenbach « La Vie Parisienne ».

Billets311215

Bien en place au second Balcon, la vue était belle. A vingt heures précises, le rideau s’ouvrait. Ah, quelle magnifique mise en scène ! Simplicité, ingéniosité et efficacité !

Source : opera.marseille.fr

Cet Opéra-Bouffe qu’avant nous apprécièrent le Prince de Galles en 1868, Napoléon III et son épouse en 1866, et qui éblouit l’Europe entière à l’occasion de l’Exposition Universelle d’avril 1867 ; le Tsar et ses deux fils y assisteront également en juin de la même année… Mais revenons à notre soir du 31 décembre 2015.

Source : destimed.fr / Photo : Christian Dresse

Cette représentation de la gare, quelle réussite ! Raoul de Gardefeu et Bobinet qui attendent chacun leur maîtresse Métella entament de la plus belle manière cet   Opéra-Bouffe. Puis tout s’enchaîne. Les scènes formidables, les airs entraînants, les intrigues, l’humour, les changements habiles de décors, auxquels contribuaient magistralement les lumières, nous firent traverser ce spectacle haut en couleurs d’une traite ! Le temps n’avait plus de prise. A près de vingt-trois heures, la fin était proche et la Vie Parisienne nous réserva une ultime surprise. Là, au coeur de l’Opéra de Marseille, haut lieu de culture par excellence, se déroula sous nos yeux ébahis un spectacle époustouflant de French Cancan qui n’avait véritablement rien à envier aux célèbres Folies Bergères ou autre Moulin Rouge !

Photo : Christian Dresse / Source : http://destimed.fr

Qui aurait pu penser trouver pareille ambiance à l’Opéra – bourré à craquer ce soir-là – où, près de vingt minutes sans interruption, des applaudissements nourris, à tout rompre, accompagnaient ces acrobaties impressionnantes. Et juste avant le baisser de rideau final, la cinquantaine d’artistes présents sur la scène, parmi lesquels la metteuse en scène et autres personnes de l’organisation de ce fabuleux spectacle, nous adressèrent, d’une seule voix, un vibrant « Et bonne année à vous ! ». Point d’orgue extraordinaire de cette communion entre scène et gradins, entre artistes et spectateurs.

Un coup d’oeil tout autour de nous : voir ce bonheur commun aux nombreux spectateurs, de haut en bas, de droite à gauche, nous fit penser à cette même communion qui, un soir du 13 novembre dernier, fut fauchée par de sordides individus qui, mus par des idéaux barbares horribles, assassinèrent froidement 130 victimes innocentes dont l’innocence était comme la nôtre ce soir du 31 décembre, environ un mois et demi après l’horreur absolue. Cela ajoutait sans doute à la dimension de cette joie partagée du moment, véritable cri de liberté et de bonheur absolus, notions totalement étrangères aux lugubres semeurs de mort du Bataclan. La Vie sera toujours plus forte ! Ce que nous dit d’ailleurs, dans son final, la Vie Parisienne : « Par nos chansons et par nos cris, Oui, voilà la vie parisienne ! »…

Encore tout étourdis par cette inimaginable soirée, ce fut sur le Vieux Port tout proche que fileront les dernières minutes de l’année 2015 et, au milieu d’une foule gigantesque, dans un moment de bonheur partagé immense, nous accomplîmes la traversée, nous franchîmes le pont, fîmes ce pas d’après, premier pas sur ce terrain vierge, inconnu, ces premières secondes, premières minutes d’un autre temps appelé 2016 qui débuta par des mots amicaux spontanés, des vœux, des sourires, échangés avec d’autres, inconnus, mais tellement connus, chacun devenu maillon de cette fraternité immense autant que sincère. Formidables instants profondément personnels et intensément collectifs de cette nouvelle année qui a débuté sous les auspices de la joie, de la vie et de l’Amour.

Marseille311215

Oui, ce moment fut grand, fort, marquant, en un mot inoubliable.

Meilleurs vœux à toutes et à tous !

Liens

Le site de l’Opéra de Marseille

Les détails de La Vie Parisienne sur le site de l’Opéra de Marseille

Un autre récit sur cet Opéra-bouffe sur destimed.fr

La Vie Parisienne sur Wikipedia

Be Sociable, Share!
Laurent KAROUBY

Auteur : Laurent KAROUBY

Sur Twitter : @laurentkarouby

Laisser un commentaire