The Famous 1938 Carnegie Hall Jazz Concert

Imaginez un instant sur la même scène Benny Goodman à la clarinette, Gene Krupa aux percussions, Count Basie et Teddy Wilson au piano, Lester Young au saxophone et Lionel Hampton au vibraphone (entre autres)… Et que dire de l’endroit : le Carnegie Hall, cette célèbre « salle de concert new-yorkaise, située à l’angle des 7e avenue et 57e rue, juste au sud de Central Park, dans la circonscription de Manhattan » (nous précise Wikipedia). Car ce rendez-vous a bien eu lieu. Et nul n’a oublié cette extraordinaire nuit du 16 janvier 1938, date du désormais mythique :

CARNEGIE HALL JAZZ CONCERT.

Revenons un instant sur la tenue de ce concert exceptionnel. Oui, exceptionnel. Car à cette époque, Benny Goodman – alors au zénith de sa légendaire carrière – et son équipe firent le pari de hisser le Jazz à un niveau supérieur sur la scène culturelle américaine. Il est dit qu’à l’annonce de cette proposition du Carnegie Hall, Goodman aurait d’abord ri. Mais fort heureusement, ce concert révolutionnaire eut bien lieu dans cette célèbre salle du Carnegie Hall de New York – temple du classique, véritable citadelle de la culture américaine – ce soir-là, et sera même considéré comme étant le concert de Jazz le plus important de l’Histoire…

Benny Goodman mit toute son énergie pour composer une formation qui restera dans les mémoires. Dans son propre groupe il y avait déjà les légendaires Harry James à la trompette, Lionel Hampton au vibraphone et Gene Krupa à la batterie… Précisons que les places se vendirent comme des petits pains, des semaines avant le concert ; et à cette époque, les meilleurs places coûtaient aux alentours de 2,75 $…

Mais quelque chose se passa qui pourrait nous paraître incroyable de nos jours : bien que le concert fut diffusé également à la radio ce soir-là de 1938, on se rendit compte que tous les enregistrements étaient perdus. Entre temps, ce moment exceptionnel était déjà devenu légendaire, notamment avec la perte de connaissance du pianiste solo Jess Stacy durant « Sing, Sing, Sing », le dernier morceau de la soirée…  Des années pus tard, en 1950, la soeur de Benny Goodman annonça qu’elle avait un certain nombre d’acétates (matière plastique inventée en 1865, utilisée pour les enregistrements audio) de ce concert à partir desquels purent être reconstitués les premiers 33 tours qui seront vendus à plus d’un million d’exemplaires. Par la suite, la découverte de « masters-studio » en aluminium du concert ont permis de rééditer des CD haute-qualité en 1998, 2002 et 2006.

okDisque

Je viens d’écouter ces deux formidables disques et à l’exception de deux ou trois petits passages aux craquements perceptibles, la qualité est réellement irréprochable.

ok2Couv

L’objet, à présent. Une dimension imposante : un carré de 30 centimètres de côtés. Il se présente sous forme d’un grand livre relié par spirale. On voit sur la page de couverture Benny Goodman en gros plan jouant de la clarinette, surmonté de son nom en grand, suivi des mots « The Famous 1938 Carnegie Hall Jazz Concert » que précède à gauche le logo de la marque Philips. Dans le coin inférieur droit on retrouve la mention Philips surmontant l’indication « Minigroove 33 1/3 ». A gauche, en colonne, est détaillée une partie de la liste des artistes présents à ce concert. En tournant l’imposante page, nous voyons une grande marge à gauche reprenant la liste des musiciens, tandis qu’à droite une bande rouge horizontale contient les différents morceaux joués. En dessous, une note de Irving Kolodin* à propos de cet événement se développera sur trois autres pages. Ensuite, nous arrivons à deux pochettes intégrées à la spirale : y figurent les deux précieux disques vinyles livrant leurs quatre extraordinaires faces…

(*) Irving Kolodin (21 Février 1908 – 29 Avril 1988) était un critique musical américain et un historien de la musique.

okpage1

Fermons les yeux et laissons-nous porter par ces sons venus du passé, ces rythmes envoûtants, ces applaudissements émouvants.

Hommage aux immenses Benny Goodman, Harry Goodman, Walter page, Bobby Hackett, Gene Krupa, Allan Reuss, Freddie Green, Count Basie, Jess Stacy, Teddy Wilson, Hymie Schertzer, Harry Carney, Johnny Hodges, Art Rollini, de Babe Russin, George Koenig, Lester Young, Rouge Ballard, Vernon Brown, Buck Clayton, Gordon Griffin, Cootie Williams, Harry James, Ziggy Elman, Lionel Hampton et Martha Tilton…

La formation (telle qu’elle est indiquée dans le livret) :

Clarinette – Benny Goodman

Saxophone [Alto] – Hymie Schertzer,
Saxophone [Soprano] – Johnny Hodges
Saxophone [Tenor] – Arthur Rollini, Babe Russin, George Koenig, Lester Young
Saxophone [Baryton] – Harry Carney
Trompette – Buck Clayton, Gordon Griffin, Cootie Williams, Harry James, Ziggy Elman
Piano – Count Basie, Jess Stacy, Teddy Wilson
Trombone – Red Ballard, Vernon Brown
Vibraphone – Lionel Hampton
Cornet – Bobby Hackett
Percussions – Gene Krupa
Guitare – Allan Reuss, Freddie Green

Contrebasse –
Harry Goodman, Walter page
Voix – Martha Tilton

Hommage

En mémoire de mon regretté père, disparu il y a tout juste deux mois aujourd’hui, auquel appartenait ces disques et bien d’autres, et qui a su me transmettre très tôt et de si belle manière sa passion du Jazz…

Sources :

http://www.newsfour.ie/2015/06/the-famous-1938-carnegie-hall-jazz-concert/

https://en.wikipedia.org/wiki/The_Famous_1938_Carnegie_Hall_Jazz_Concert

http://www.history.com/this-day-in-history/benny-goodman-brings-jazz-to-carnegie-hall

Be Sociable, Share!
Laurent KAROUBY

Auteur : Laurent KAROUBY

Sur Twitter : @laurentkarouby

Laisser un commentaire