L’Ecume des grâces…

Un après-midi pas comme les autres.

Place Sadi Carnot, sans doute la plus belle place de La Ciotat. Là se trouve le célébrissime, l’incontournable, l’inénarrable établissement « L’Ecume des Glaces ». Une grande maison multi-étoilée : ces étoiles qu’on trouve dans les yeux des gourmets qui découvrent glaces et sorbets, ces étoiles qui surgissent sur les papilles des mêmes dégustateurs-aventuriers, celles qui fleurissent aux oreilles des amateurs de musique et chansons.

Aujourd’hui, la surprise du Chef ! Deux nouveautés. Je me lançais. Saveur, acidité, parfum, combinaisons de parfums. Et soudain, furtivement, l’image du poivre me vint à l’esprit. Le Chef repassa, me fixant d’un regard interrogateur. Je dis « Poivre ? ». J’avais trouvé ! Glace au poivre de Sichuan. Terrible ! Mais la deuxième, introuvable. Délicieuse mais indéterminée. Devant ma tristesse apparente, le Chef eut pitié : glace à la fève Tonka. Explosion de parfums !!! Ah ! Si vous passez à l’Ecume des Glaces, demandez-les ! Et n’oubliez pas nos héros de l’an passé : le sorbet citron – piment d’Espelette et mon petit chouchou, le sorbet Guiness ! Ils y sont sûrement encore. Demandez aussi !  :o) Continuer la lecture de « L’Ecume des grâces… »

Le premier JT…

Un 29 juin – il y a 64 ans – naissait le premier Journal Télévisé présenté par Pierre Sabbagh,le 29 juin 1949 à 21h00. Il n’y avait que des images. Durée 15 minutes. A l’époque environ 3000 récepteurs de télévision étaient installés en France et très peu fonctionnaient, en raison d’un manque de programmes (qui la télévision intéressait-elle donc, à ce moment-là ?)…

Le reportage du premier journal télévisé a été fait depuis la nacelle d’un dirigeable. Sur la nacelle se trouvent Pierre Sabbagh, Audoin Dolfus, astronome qui conduit le dirigeable et Michel Wakhevitch à la caméra.

A cette époque, il y avait également, qui débutaient, Gilbert Larriaga, Pierre Dumayet, Pierre Tchernia, Jean-Marie Coldefy, Georges de Caunes, Denise Glaser, Jacques Sallebert, ou encore Claude Darget.

Quand on pense au chemin parcouru en un peu plus de soixante ans… Pour le meilleur et pour le pire…