Roses

 
Si belles, si fragiles…

 

Mignonne, allons voir si la rose

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu’une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

Pierre de RONSARD (1524-1585)



Roses écloses du jour.. Touches de couleurs délicates dans ce printemps naissant…

Pessa’h, un saut vers la Liberté

Pessa’h – dénommée Passover dans le monde anglo-saxon – n’est autre que la Pâque. Sans « s ». Pessa’h, un terme signifiant « enjamber », « saut », comme l’Eternel a sauté au-dessus des maisons des hébreux en Egypte (voir Exode 12:13). Nous voyons dans le « saut » un rythme différent de celui d’une marche. Le passage d’un état à un autre état. « Car c’est en hâte que tu es sorti d’Egypte ».

Sauter c’est aussi s’élever, passer d’un aspect spirituel à un niveau supérieur de connaissances. Le moment sera venu de distinguer de ‘hamets de la matsa. Eliminer le ‘hamets de la maison mais aussi – et surtout – l’occasion d’éliminer son ‘hamets intérieur :  préjugés,  orgueil,  violence,  colère,  fermentation ou aigreur, tout négatif envers l’autre ou nous-mêmes, ces mauvais compagnons de toute existence. Alors seulement pourrons-nous faire place à l’accueil de l’Autre et à la Grâce…

La matsa qui ne contient que de la farine et de l’eau est aussi appelée Le’hem-Oni (pain d’austérité). Il s’agit de l’aliment central de la fête de Pessa’h. Dans le Zohar est écrit qu’elle est « aliment de la foi ». Revenons sur le départ rapide du Peuple d’Israël tel que décrit dans la Bible : Les Enfants d’Israël cuirent leur pâte sans levain en faisant des galettes plates et rondes parce qu’ils durent quitter l’Egypte en toute hâte ; ils n’emportèrent pas d’autres provisions (Exode, 12:39). Soutenus par la matsa, aliment physique, et portés par leur foi, aliment spirituel.

Pessa’h, fête de la Liberté. Liberté d’un Peuple sorti d’esclavage, mais liberté pour chaque Etre débarrassé de son ‘hametz. Continuer la lecture de « Pessa’h, un saut vers la Liberté »

20 mars 2011 à 22h20…

Chers amis,

Ca y est ! L’hiver est bien derrière nous. Depuis le 20 mars dernier, à 22h20 précisément, nous sommes passés de l’autre côté du miroir. Ce jour-là, à cette heure, la Lumière est parvenue à rétablir l’équilibre avec les ténèbres. Et plus encore, en ce jour d’Égalité, d’équinoxe, nous venons d’entrer dans le règne du Jour qui ne cessera de croître, réduisant progressivement la nuit, jusqu’au Grand jour, le jour le plus long, celui du solstice d’été, le 21 juin.

Alors, tandis que chacun fêtera – musicalement peut-être – ce jour particulier, il s’agira de percevoir un autre signal. Celui d’une nouvelle variation qui déjà s’annonce : celle de l’imminente réduction de la lumière qui ira de réduction en réduction, jusqu’à ce nouveau palier du 21 décembre : le jour le plus court de l’année… A ce moment où les lumières se font tellement rares, l’espérance est malgré tout en nous. Car bientôt, telle une étincelle providentielle, la petite lumière trouvera en elle l’énergie de grandir, envers et contre tout, avant de vaincre à nouveau, six mois plus tard. Alors Inanna pourra revenir sur terre. Perséphone également…

Nous le voyons, tout n’est que cycle, rien n’est figé. Il y a un temps pour tout disait Qohélet. A celui de la pensée succèdera celui de l’action et inversement. Au plus haut de la lumière, déjà une inéluctable réduction est en marche. Alors qu’au temps du jour le plus petit, l’espoir vient d’un accroissement progressif. Tout comme le montre le symbole du Ying et du Yang : il y a un peu de blanc dans le noir et un peu de noir dans le blanc. Ainsi va la vie. Jusqu’au moment où ce cycle s’interrompra. Fin inéluctable également…