Célébrons l’Espérance

Chers amis,

L’hiver est derrière nous. Avec le printemps nous sentons les jours de rallonger imperceptiblement. La lumière s’affirme. A ce jour, 3 avril, la longueur du jour est de 12h50, soient 770 minutes ! Les ténèbres occupent quant à eux 670 minutes. Le côté obscur est donc minoritaire…

Suivons la course du soleil qui grandit. Apprécions le moment présent. Car avec le prochain solstice d’été – qui marque comme chacun sait le jour le plus long de l’année – s’engagera la lente descente jusqu’au moment du solstice d’hiver que nous avons atteint dernièrement, le 21 décembre 2010 à 23 h 45 min 42 s.

Mais alors, rien n’est jamais figé ? L’été il fait beau mais les jours vont décliner, annonçant le retour programmé des ténèbres ; l’hiver nous devrions déprimer or des lumières nous permettent de tenir (Hannouka, Noël, etc) et, le solstice en vue, l’espérance nous gagne de revoir les jours grandir bientôt… A l’instar du ying et du yang, il y a un peu de noir dans le blanc et un peu de blanc dans le noir… Les oppositions complémentaires. Que serait l’un sans l’autre ?…

Il nous est donc impossible de ranger ces deux pics solsticiaux en deux catégories distinctes l’une de l’autre. Non : car c’est bien d’un cycle dont il s’agit. De même qu’au solstice d’hiver, les jours commencent à croître annonçant le solstice d’été qui lui-même conduira au solstice d’hiver, notre vie n’est sûrement qu’une perpétuelle interaction composée d’inspiration et d’expiration…

Ce passage des ténèbres à la Lumière – de mort et de renaissance – a toujours été marqué, au travers des civilisations, par les célébrations liées à l’espérance. A ce propos, quelles fêtes particulières rencontrons-nous donc en ce moment ?

En 2010, Pessah (la Pâque Juive) a commencé juste après la tombée de la nuit le lundi 29 mars 2010 dernier et se termine au coucher du soleil, mardi 6 avril 2010 au soir (ou du 15 Nissan au 22 Nissan 5770 dans le calendrier hébraïque). La fête de Pâques chrétienne aura lieu le premier dimanche qui suit la pleine lune, cette année le 4 avril 2010.

Pour les Juifs, Pessah célèbre la naissance du Peuple hébreu. Pour les Chrétiens, Pâques est le jour de la résurrection de Jésus.

Mort et re-naissance.

« Voici le pain de misère que nos pères ont mangé en terre d’Egypte. Quiconque a faim vienne et mange ! Quiconque est dans le besoin vienne et célèbre Pessah avec nous ! Cette année ici, l’an prochain dans le Pays d’Israël, cette année esclaves, l’an prochain, hommes libres. »

Extrait de la Haggada de Pessah

Espérance…

Voici un court extrait de ce bel échange entre Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France et Mgr Philippe Barbarin, Cardinal Archevêque de Lyon, extrait de leur ouvrage commun intitulé Le rabbin et le cardinal : Un dialogue judéo-chrétien d’aujourd’hui – Stock (16 janvier 2008) :

Pourquoi les dates de Pâques et de Pessah ne coïncident-elles pas ?

Philippe BARBARIN : La date de Pâques est fixée par la Bible au 14 du mois hébraïque de nisan, qui est le jour de la pleine lune de printemps. Dans les premiers temps de l’Église, certaines communautés ont voulu garder cette tradition, alors que, pour les autres, la résurrection devait absolument être célébrée un dimanche. Vers la fin du deuxième siècle, saint Irénée, évêque de Lyon, s’en alla à Rome intercéder auprès du pape Victor pour régler cette question. Au concile de Nicée, en 325, la décision a été prise de célébrer Pâques le premier dimanche suivant la pleine lune de printemps. La date peut donc varier (…).

Quelle peut être la signification de Pâques aux yeux du monde ? En quoi cette fête interpelle-t-elle l’homme contemporain ? Est-ce un événement privé pour des croyants ou une nouvelle pour tout le monde ?

Gilles BERNHEIM : La leçon de Pessah est plus actuelle que jamais, car la grandeur de l’Égypte antique, fondée sur la technique et l’industrie, est maintenant partagée par tous les pays développés, dont le nombre et la richesse grandissent sous nos yeux tous les jours. Mais en même temps, les angoisses engendrées par cette économie mondialisée font des ravages qui ressemblent par leurs effets à ceux de l’esclavage antique présenté par les textes de la Torah. Il est pressant pour l’homme d’aujourd’hui de sortir vraiment d’Égypte.

P. B. Pâques, c’est la réponse que Dieu donne enfin aux hommes. À mon avis, derrière les mille questions que les hommes se posent, il n’y en a, en fait, qu’une seule. Elle est dramatique, elle parcourt les siècles et se retrouve dans tous les cœurs et sur toutes les lèvres : «Pourquoi la mort ? Pourquoi ce triomphe du néant qui, par la violence, les catastrophes ou tout simplement l’usure du temps, semble inéluctable, alors que la vie est une telle merveille ?»

Aucune philosophie, aucun système politique ne peut donner de réponse à cette angoisse fondamentale. C’est pourquoi Dieu est venu jusqu’à nous et s’est engagé sur nos chemins, merveilleux et chaotiques. Et ce Dieu fait homme est allé heurter de plein fouet la muraille de la mort, dans la cruelle injustice de la crucifixion. L’Évangile nous montre alors Jésus au bord du désespoir en même temps que remis entre les mains de son Père. Et, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’amour a percé une brèche dans ce bloc de béton qui paraissait invincible. Voilà la réponse de Dieu. C’est pourquoi, entre les milliards de jours qui ont pu exister depuis la fondation du monde, il n’y en a qu’un seul qui compte, c’est celui de la résurrection de Jésus. Et, avec le psalmiste, au matin de Pâques, les chrétiens chantent : «Ce jour que fit le Seigneur est un jour de joie» (Ps 117, 24).

Sur ces magnifiques paroles, il est temps de souhaiter un « Pessah kasher vesameah » (une Pâque authentique, pure et joyeuse) ainsi que d’excellentes fêtes de Pâques à toutes et à tous !

Be Sociable, Share!
Laurent KAROUBY

Auteur : Laurent KAROUBY

Sur Twitter : @laurentkarouby

2 réflexions sur « Célébrons l’Espérance »

  1. Un magnifique article plein de fraternité montrant combien nos racines sont si proches. Bonnes fête de Pâque(s) avec ou sans « s »…

  2. cher ami,
    vraiment ces belles paroles ne laissent personne indifférent, qu’on soit croyant ou pas..message d’espoir et d’espérance où seule une vraie fraternité peut sans doutes solutionner bien des choses…non?
    Flo

Laisser un commentaire