Et pluies c'est tout !

Ce petit article pour vous faire partager une semaine bien humide, que dis-je : aquatique ! Et ces orages ? Quand éclate le tonnerre et que s’ouvrent les vannes célestes : tous aux abris ! Trombes d’eau, chemins et routes inondées et autres catastrophes, ciel bas et gris, toute lumière absente, la nuit le jour, gare au moral !…

Ca devrait se calmer la semaine prochaine… Enfin, nous savons bien que cette période, entre la fin de l’été et le début de l’automne, est régulièrement le théâtre d’orages d’une grande violence et de pluies d’une rare intensité…

Que d’eau, que d’eau…

RASED version 2009-2010…

Bon, nous pouvons presque dire que la rentrée est derrière nous. Non sans mal, suite aux fermetures de classes enregistrées après le début d’année. Mais le calme est revenu. La mise à sac de l’Inspection de l’Education nationale par le Maire – geste ô combien ignoble à bien des égards, nous en avons déjà largement parlé – a provoqué le déplacement de ladite Inspection dans le collège des Matagots.

Venons-en au RASED. Enfin ce qu’il en reste… L’antenne « Provence », (mon antenne, il y en a trois dans notre circonscription) comptait jusqu’à l’an dernier deux rééducatrices (option G), deux maîtres d’adaptation (option E) et une psychologue. Mon collègue maître d’adapt. est maintenu à Cuges-les-Pins, ma collègue rééducatrice à l’école Louis Pécout (quartier de Fardeloup) et la psychologue est toujours là aussi. Continuer la lecture de « RASED version 2009-2010… »

RASED toujours en alerte

Durant 2008-2009, le rétablissement des 3000 postes RASED n’a cessé d’être revendiqué par tous, en même temps que les organisations syndicales s’attachaient à défendre le RASED lors de l’écriture de la nouvelle circulaire, notamment en prenant en compte les heures de coordination et de synthèse (voir le journal FSC n°328).

Les 1500 maîtres spécialisés « surnuméraires » — finalement rétablis — y sont définis comme membres du RASED. Mais la vigilance est de mise à la rentrée et la mobilisation devra se poursuivre.

En effet c’est une chute vertigineuse du côté des départs en formation. Pour les psychologues scolaires : 53 départs en moins (131 prévus contre 184 en 2008). Et pas plus de 120 départs en « E » et 46 en « G » contre respectivement 544 et 252 en 2007-08 !

A noter que les départs en « D » seraient en augmentation, mais face aux besoins supplémentaires (ouverture d’UPI, enseignants référents) et aux manques (38,9% non spécialisés en CLIS en 2007-08), on est loin du compte.

(Source : http://www.snuipp.fr/)

Mise à jour (15/09/2009) :

Il y a les textes et l’esprit des textes. Dans les Bouches-du-Rhône, les interventions spécialisées à dominantes pédagogiques d’un maître placé sur un poste dit « surnuméraire » (bien que la circulaire nationale n’emploie plus une telle dénomination) ne peuvent avoir lieu que dans une seule école strictement. La possibilité d’élargir le champ d’intervention à deux écoles (ce que la circulaire laisse envisageable) – quand bien même les demandes sont justifiées autant qu’importantes – n’est finalement pas possible. « On est titulaire d’une fonction et non d’un poste » pouvons-nous souvent entendre… L’enseignement spécialisé doit perdurer. Il perdurera. Fluctuat nec mergitur…

Mais quel spectacle !…

Mardi 08/09/2009 – Rentrée difficile, ici bas, à La Ciotat. Samedi dernier ont été entérinées en commission technique paritaire (CTP) des fermetures de classes qu’accompagnaient des ouvertures. Il est bon de savoir que tout le monde raisonne actuellement non plus à l’échelle d’une école mais à celle d’une globalisation qui regroupe plusieurs établissements d’un même secteur dont on totalise le nombre d’élèves, nombre qui sera ensuite divisé par le nombre total de classes.

Avec ce système, vous l’aurez compris, si un effectif global est suffisamment bas, on peut « organiser » la fermeture d’une classe dans l’école de son choix… Ce qui fut le cas pour l’école Paul Bert qui fait partie d’un ensemble constitué également des écoles Louis Marin et Maltemps. Une école qui en quelques années à peine est passée de plus de 10 classes à… 7 ! Il y a un an on parlait de fermeture à Louis Marin (pire ! de la fermeture à terme de cette école) et aujourd’hui c’est l’école Paul Bert qui a été frappée…

Baisses démographiques, décalage du « centre de gravité » de la ville (baisses en centre-ville et glissements vers les quartiers plus périphériques) : les raisons – réelles – ne manquent pas pour justifier de telles mesures. Mais il y aurait des choses à dire sur la manière dont se sont déroulées les choses.

Car attendre que la rentrée soit engagée (et les classes constituées, bien entendu, depuis juin) pour rendre officielle une suppression de classe (samedi dernier) n’est pas chose facile à gérer. Une fermeture se traduit par un enseignant en moins dans l’école. Il faut donc revoir complètement les constitutions de classes dont les effectifs en général passent assez nettement à la hausse.

Dans le même temps nous voyons le matin des conseillers municipaux, le Maire en tête, venus montrer leur désaccord devant les différentes fermetures de classes (car il n’y en eut pas qu’à Paul Bert !)… Nous y reviendrons.

Lors d’une réunion à l’inspection de l’Education Nationale, lundi après midi, entre l’Inspecteur et les directeurs de la circonscription, les mêmes conseillers municipaux et le même Maire, se sont invités pour exprimer leur colère. Puis eut lieu une scène ubuesque. Le Maire décida qu’en matière d’économies, il allait reprendre ce que la Ville mettait à disposition de l’Inspection de l’Education Nationale : « Nous allons également reprendre tout le matériel que nous fournissons à l’Education Nationale : photocopieurs, bureaux, chaises, armoires, etc. Le Ministre n’a qu’à vous donner les moyens de travailler !« … Et comme il est précisé dans La Marseillaise du jour, lorsque les bureaux furent littéralement vidés, le Maire remarqua que « la conformité électrique n’avait pas été constatée » donc ces bureaux furent mis sous clef, un serrurier ayant changé les verrous afin d’en condamner définitivement l’accès.

Aujourd’hui mardi, l’Inspection devait être installée provisoirement à Roquefort-le-Bédoule

Que penser de tels actes ? Un minimum de réflexion me fait dire que mettre à sac une Inspection de l’Education Nationale n’est pas un acte compréhensible. Un peu de discernement que diable ! Pourquoi une telle agression ? Un tel passage à l’acte – médiatisé, bien sûr – revient à dire que les mots ne suffisaient plus. Est-ce-là un geste digne de celui du premier magistrat de la Ville ?… Et revenons à ce « soutien » de ces conseillers municipaux compatissants devant la ruine organisée de l’Ecole de la République… Mais qu’on se le dise une bonne fois pour toutes : l’Inspecteur d’Académie est un Haut-fonctionnaire qui ne fait qu’appliquer ce qu’on lui demande d’appliquer.

Il faut donc aller voir un peu plus haut ! Le gouvernement – ce n’est un secret pour personne – a fait de la casse de l’Ecole de la République (entre autre) un enjeu particulier, ces derniers temps. Un gouvernement de la même couleur politique que M. le Maire et sa très grande majorité de conseiller municipaux…

Certaines voix commencent à se lever pour demander si vraiment ces opérations locales de communication municipale autour du thème « sauvons notre Ecole » sont crédibles alors même que nationalement, l’Education est devenue une marchandise comme les autres ?…

D’autres voix soulignent une vraisemblable situation pour le moins peu confortable pour certains, comparable à un grand écart magistral, qui consisterait d’une part à applaudir des deux mains et faire la fête (discrètement) tant est grande la satisfaction de voir ce gouvernement UMP – la famille, quoi ! – assommer la France de ses maladroites réformes (c’est un doux euphémisme !)… Puis d’autre part, on se construirait au grand jour une image de sincérité, de respectabilité, sous couvert de commissions extra-municipales innocentes, de « permanences » courageuses d’élus compatissants le matin dans les écoles touchées, ou encore de saccage (médiatisé, tant qu’à faire) en règle des bureaux de l’Inspection de l’Education Nationale…

J’entends, nous entendons, vous entendez toutes ces voix. Une bien belle hypocrisie, globalement, que tout cela. Mais au détriment principal des élèves de notre école, ne l’oublions pas !…

Photo prise dans la cour de l’école Paul Bert lundi 7 septembre 2009

[Mise à jour]

• Jeudi 10/09/2009 : L’école Paul Bert est toujours bloquée. Ca coince au niveau de l’IA, ça coince au niveau de la Ville ; comme dirait l’autre : nous ne sommes pas « sortis de l’auberge » !… Qui fera le premier pas ?… Si déjà on arrêtait de « jeter de l’huile sur le feu » à chaque occasion, de part et d’autre…
• Autre chose : l’Inspection de l’Education nationale n’a pu se fixer à Roquefort-la-Bédoule finalement en raison d’une entente, d’une « cohésion » entre les municipalités de la même famille politique qui se serrent les coudes (et avec La Ciotat, Cassis et Roquefort, on est toujours à l’intérieur de « l’auberge »)…

Car en vélo quand il y a du vent on est vidé, c’est évident !

C’est l’évadé du Nevada qui s’évada dans la vallée,
dans la vallée du Nevada qu’il dévala pour s’évader sur un vilain vélo volé
qu’il a volé dans une villa et le valet qui fut volé vit le vélo qui s’envola.
Si l’évadé du Nevada s’est évadé dans la vallée c’est qu’il pensait qu’on l’y verra.
Il voulait pour se lever le divan de la Diva qui vit l’évadé s’affaler
mais quand le valet le vit là, il se mit là pour l’éviter…
Et l’évadé du Nevada fut délavé dans la vallée par toute l’eau qui tombait là
et l’on vit l’évadé vanné s’avouer que la vie d’évadé ne valait pas la vie d’avant
car en vélo quand il y a du vent on est vidé, c’est évident !
Et l’évadé du Nevada a pédalé dans la vallée et l’évadé a dit là :
« Là je dis que vous m’en voulez car toute l’eau qui m’a lavé, et toute l’eau que j’ai avalé
m’a dégoûté de m’évader dans la vallée du Nevada »…

Le comédien et humoriste Sim, de son vrai nom Simon Berryer, est mort, dimanche 6 septembre à l’âge de 83 ans.

Salut, l’artiste !

Le MoDem fait une "offre publique de dialogue"

Info Nouvel Obs – « Je fais une offre publique de dialogue. Ma conviction est qu’il faudrait que tous les Français puissent comprendre, au travers de leurs échanges, ce que pensent les familles politiques qui veulent une alternance », a déclaré François Bayrou, lors de son discours de clôture des universités d’été du Mouvement Démocrate.

Il a proposé une sorte de « parlement de l’alternance » où chacun viendrait « avec ses idées, sujet par sujet », où « l’on expose et confronte, sereinement, d’accord pas d’accord devant les Français ».

« Après, lorsqu’on saura clairement où sont les convergences et les différences, et même les divergences. Et quand il y aura divergence, sur un grand sujet, qui tranchera? Ce sont les Français, et c’est à cela que sert le premier tour d’une grande élection », a-t-il ajouté.

Il est difficile de prévoir de quoi sera fait l’avenir, surtout dans le monde politique. Nous verrons bien si tout ceci n’est qu’effet d’annonce ou si la sincérité est de mise… Nous le verrons même très bientôt !

Arachnide…

Voici, recto/verso, la photo récente d’un membre de la célèbre famille des Arachnides – dont je ne connais pas le petit nom – qui avait posé sa toile pas loin de chez moi. Taille réelle : un peu plus de deux centimètres de haut.

Je lui ai trouvé des couleurs et des graphismes intéressants.  Il est toutefois vrai qu’au-delà des aspects plastiques, ce genre de créature peut ne pas être forcément rassurante… (A propos, si quelqu’un connaissait son nom et ses caractéristiques principales, ça m’intéresserait !)…

[Mise à jour] – Des informations nous sont parvenues du forum des naturalistes [http://forums-naturalistes.forums-actifs.com/] et, même si personne n’a pu donner le nom exact de la bêbête, nous retiendrons que :

Il faut rechercher du côté des épeires qui regroupent plusieurs Genres. Elle ressemble beaucoup à Araneus diadematus l’épeire diadème à cause des marques qu’elle porte sur son abdomen, mais la forme de l’abdomen justement indique qu’il s’agit d’une autre espèce (merci lejaguar)… très voisine de Diadematus (Diadème ) du Genre Araneus – avec abdomen triangulaire (merci Clément). Voilà !

[Mise à jour 2 (26/10/2009)] – Nouvelle précision arrivée ce jour sur le forum des naturalistes. Richard nous dit : « C’est, pour moi, une Araneus pallidus… un gros-plan de son ventre permettrait de voir l’épigyne et son scape qui nous enlèverait tout doute ». (Merci Richard !)

Nous ne manquerons pas, bien sûr, de compléter ces informations le cas échéant. Si vous avez une idée plus précise, laissez-nous un petit message ! Merci !

Une «main tendue» qui se prolonge…

Chers amis,

Vous vous souviendrez certainement de cette photo étonnante,

lors des premiers Ateliers d’été de « L’espoir à Gauche » qui se sont tenus les 21 et 22 août 2009 au  « Pharo », à Marseille. L’eurodéputé Vincent Peillon y avait convié le communiste Robert Hue, la centriste du Modem Marielle de Sarnez, l’écologiste Daniel Cohn-Bendit et la Radicale de Gauche Christiane Taubira. L’image était belle. Le symbole était fort.

C’est là que Marielle de Sarnez avait dit «Nous venons d’horizons divers mais si nous croyons qu’il y a de l’insupportable dans ce qui se fait aujourd’hui (…) alors ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise».

Eh bien, alors que débute l’université d’été du Modem à la Grande Motte, François Bayrou vient d’approuver cette main tendue à la Gauche : «J’approuve ceux qui veulent que les choses bougent et tout le monde sait que quand Marielle de Sarnez réfléchit, elle parle avec moi», a précisé le leader centriste. «Si main tendue il y a eu, on a raison de tendre les mains parce qu’on ne peut pas continuer à être, dans la démocratie française, des forces politiques qui s’ignorent et se détruisent ou se combattent tout le temps». Quant à évoquer une possible alliance avec le PS, nous devrions en savoir plus dimanche, lors du discours de clôture de François Bayrou.

A suivre…



On en parle :